contact@greycells.ch

Our news

10ème Anniversaire de Greycells - Dialogue intergénérationnel sur les ODDs

Seniors et millennials partagent leur vision des Objectifs de développement durable : un dialogue original. [1]

Les jeunes et les aînés ont des opinions différentes : jusque-là, pas de surprise. Mais y a-t-il vraiment beaucoup de différences ? Et sur quels sujets ? Quelle est leur vision de nos sociétés, en Suisse et dans d’autres latitudes, riches ou pauvres ? Est-ce que le dialogue et la coopération entre les jeunes d’hier et les aînés de demain sont possibles, voire utiles pour améliorer notre futur ?

Le Dialogue entre Seniors et Millennials qui a eu lieu le 10 octobre au Palais des Nations a abordé ces questions et bien d’autres : les Objectifs de développement durable ont été le fil conducteur du débat, c’est-à-dire une vaste liste de sujets économiques, sociaux et environnementaux qui nous concernent tous quel que soit notre âge ou notre pays. Cette rencontre a été organisée par l’Office des Nations Unies à Genève, la Ville de Genève, et l’Association d’anciens fonctionnaires internationaux pour le développement (Greycells) à l’occasion de son dixième anniversaire. Des associations représentant des seniors et des millennials genevois et de la Genève internationale se sont engagées dans la diffusion et la préparation de l’événement.

M. Michael Møller, Secrétaire général adjoint des Nations Unies et Directeur général de l’Office des Nations Unies à Genève et Mme Esther Alder, Présidente du Département de la cohésion sociale et de la solidarité de la Ville de Genève, ont apporté un soutien enthousiaste et souhaitent que cette initiative marque le début d’autres dialogues intergénérationnels à l'ONUG, dans les écoles, les quartiers, les associations de jeunes et moins jeunes. [2]

 

Pendant le mois de septembre, un questionnaire en ligne anonyme a été diffusé dans les réseaux sociaux au niveau mondial, mais surtout au niveau genevois. Il avait pour but d’obtenir un aperçu des opinions des seniors et des millennials sur les questions économiques, sociales et environnementales soulevées par les 17 Objectifs de développement durable, afin de stimuler le débat et d’identifier les sujets qui suscitent le plus de divergences entre les générations. Sur un total de 170 réponses obtenues au questionnaire, celles provenant de suisses et genevois ont représenté plus d’un tiers, et des représentants de 46 nationalités de pays « riches » et « pauvres » ont participé[3]. Les femmes (58,2%) et les millennials de moins de 30 ans (36,4 % ) ont fait le plus entendre leurs voix.

 « De mon temps il y avait plus de pauvreté et d’inégalités que maintenant, trouver un emploi était facile, la retraite était assurée, et les femmes étaient contentes de leur rôle » disent les seniors ? Pas tout-à-fait. Et les millennials ne se limitent pas à des positions comme « notre époque est différente, les expériences passées ne nous apportent rien, les aînés nous ont laissé une planète détruite, ils refusent de s’adapter et de nous écouter ».

Par exemple, il est surprenant de noter qu’une majorité de millennials des pays riches soutient que la pauvreté et les inégalités n’ont pas diminué par rapport à l’époque oú les seniors étaient jeunes, alors que les jeunes des pays pauvres ainsi que les seniors de toutes latitudes penchent pour l’opinion contraire. La majorité des jeunes des pays riches et pauvres pense que leur vision du développement diffère de celle des aînés, alors que ces derniers n’ont pas une opinion aussi tranchée.

Concernant les retraites, les commentaires des millennials de pays riches et pauvres introduisent beaucoup de nuances : certains souhaitent que les seniors soient solidaires vis-à-vis des retraites des millennials, qui ne sont pas assurées. D’autant plus que les millennials craignent la prolifération, partout dans le monde, d’emplois informels pour lesquels il n’y a pas de sécurité sociale. Mais plusieurs commentaires provenant des pays en développement rappellent que chez eux avoir un emploi informel souvent « fait la différence entre vivre et mourir » car il n’y pas d’assurances chômage. La quasi-totalité des jeunes ne souhaitent pas que les seniors quittent rapidement le marché du travail pour leur laisser la place : ils sont conscients de l’expérience et des connaissances des aînés, sauf dans les cas où ils « ne font que chauffer un fauteuil ».

Plus on est jeune, plus on semble convaincu que la qualité de l’éducation d’aujourd’hui est meilleure qu’à l’époque des seniors ; plus on consulte les réponses de ces derniers, plus les doutes apparaissent. Les avis sont partagés concernant l’accès à l’emploi pour les jeunes en comparaison avec l’époque où les seniors ont commencé à travailler. Certains disent que l’accès à l’emploi est plus difficile de nos jours car il y a plus de concurrence et on exige davantage de compétences ou d’expérience, en particulier dans les pays industrialisés. Mais en même temps les commentaires mentionnent qu’il y a plus d’opportunités, surtout dans les pays en développement.

Dans les pays riches, les jeunes sont plus sévères que dans les pays pauvres quand il s’agit de critiquer le comportement qu’ont eu les aînés en matière de protection de l’environnement, et ils doutent de la capacité de ces derniers à faire des efforts pour comprendre les changements climatiques ou l’importance du recyclage et des économies d’énergie. Mais plusieurs seniors se plaignent du gaspillage d’eau et d’énergie chez les jeunes, et soulignent une certaine hypocrisie même chez ceux qui défendent le plus des mesures de protection de notre planète. La majorité signale que l’information dont ont disposé les seniors n’est pas celle dont disposent les millennials, et que la prise de conscience dans ce domaine est relativement récente, mais elle s’améliore vite parmi les seniors. Il y a des remarques intéressantes concernant les intérêts des entreprises et des gouvernements complices qui ont souvent « caché » les dégâts environnementaux (« ceux qui savaient ont gardé leurs secrets ») ou n’ont pas introduit les régulations nécessaires contre les pollueurs.

La majorité des réponses affirme qu’il y a des différences entre les générations en ce qui concerne le rôle et les droits des femmes et l’égalité de genre, mais les réponses montrent que ces différences sont moins importantes de que qu’on s’imagine. Plusieurs seniors rappellent avec orgueil que le dialogue a commencé à l’époque où ils étaient jeunes. Pour certains, l’âge détermine les positions des seniors sur ces sujets, alors que pour d’autres, ce sont plutôt l’éducation, la culture dominée par les hommes, et les expériences qu’ont eues les seniors, les facteurs qui déterminent leurs positions et leur disponibilité au dialogue sur ces sujets. Dans les commentaires, il semble qu’aucun senior ne s’oppose ou ait des doutes concernant l’égalité des sexes et de genre, alors que d’après certains de leurs commentaires, il y a des millennials qui ne sont pas convaincus de l’appui des seniors à cette égalité.  

En conclusion, le débat comme le questionnaire en ligne ont démontré que les opinions des deux générations sont en général nuancées, avec peu de grandes divergences. Seniors et millennials sont conscients des grands changements survenus au cours des 25-30 dernières années dans tous les domaines, mais en particulier en ce qui concerne la pauvreté et les inégalités, l’emploi et les retraites, le genre et l’environnement. La complexité du « développement » en Suisse comme dans les pays pauvres est clairement perçue, mais les deux générations demandent à en savoir plus pour mieux comprendre. Enfin, les deux générations semblent unanimes : le dialogue doit continuer, à Genève et ailleurs dans le monde, car c’est un instrument d’échange d’information et de connaissances, et surtout, de cohésion sociale.

____________________________________________________________________________ 

[1] Invitation et programme aux adresses suivantes:

http://greycells.ch/uploads/pdf/produits/fr/1540211987ATION_FR_FINAL.pdf

http://greycells.ch/uploads/pdf/produits/fr/1539917068AME_FINAL.pdf

 

[2] Le discours de M. Michael Møller se trouve à l'adresse suivante:

http://greycells.ch/index.php?page=documents&fonction=voir&id=133

Le discours de Mme Alder se trouve à l'adresse suivante:

http://greycells.ch/index.php?page=documents&fonction=voir&id=135

Voir le programme du dialogue à l'adresse suivante: 

http://greycells.ch/uploads/pdf/produits/fr/1539917068AME_FINAL.pdf

 

[3] Algérie, Afrique du Sud, Australie, Allemagne, Azerbaïdjan, Bolivie, Brésil, Canada, Catalogne, Chili, Chine, Colombie, Côte d’Ivoire, Espagne, Etats-Unis, France, Galles (Pays de), Ghana, Grèce, Géorgie, Haïti, Hongrie,

Indonésie, Iran, Irlande, Italie, Japon, Kyrgyzstan, Liberia, Liechtenstein, Madagascar, Mexique, Maroc, Népal,

Pays Bas, Pologne, République Dominicaine, République Tchèque, Royaume Uni de Grande Bretagne, Russie, Serbie, Singapore, Sri Lanka, Suisse, Tunisie, Venezuela.